Archives du mot-clé atelier

Expérimentations génératives/une machine à dessiner-4

Présentation ici des données de l’activité pour des étudiants de bac2, option graphisme. Les expérimentations étant finies, les étudiants en sont à la réalisation des trois supports de communication. Que communiquer? l’expérience? La machine? Le plaisir? La finalisation? Chacun a fait ses choix parce que chaque démarche était singulière. Les vidéos sont terminées, en voici quelques-unes:  

EXPÉRIMENTATIONS GÉNÉRATIVES / UNE MACHINE Á DESSINER – 3

Présentation ici des données de l’activité pour des étudiants de bac2, option graphisme.

Deuxième séance : 

Après le temps d’observation et de compréhension de la machine (voir première séance), il s’agit maintenant de définir ce que l’on pourrait appeler « l’algorithme » pour en parallèle, penser « série » et « sens ».

La première séance était centrée sur la manipulation, l’expérimentation: essais/hypothèses, hasard/accident. Il convient tout au long du processus de prendre un peu de hauteur vis-à-vis de la tentation du « tout au ludique », et donc d’observer ce qu’il se passe, de comprendre.

L’observation des phénomènes doit permettre d’avancer dans deux directions en parallèle:

  1. La mise au point technique (soigner les propositions et régler la machine)
  2. L’analyse réflexive

L’analyse, la réflexion de chacun des étudiants doit pouvoir porter sur un ou plusieurs axes, et cela selon ce qu’est capable de faire la machine et selon des intentions se construisant au long de l’observation. Les différents axes de réflexion possibles et identifiés à présent (ceci n’est donc pas exhaustif) portent sur:

  • Le signe, la trace. Ceux-ci vont-ils m’emmener vers une proposition d’écriture, de signes graphiques, de peinture ou de dessin? Et selon mes observations vais-je viser une application et une réflexion vers ce que me proposent ces différentes pistes: la possible création typographique? un travail d’identité visuelle ou de signalétique? une machine qui dessine, tout simplement?
  • Le rapport machine/humain. Dans quelle mesure ma machine est-elle autonome? Quelle action dois-je exercer au minimum? Dois-je la canaliser? Dans certains cas, m’oblige-t-elle à participer, voire à la maîtriser?
  • L’outil en lui-même. Une question centrale est « de quoi cette machine est-elle capable? ». Et pour qu’elle soit identifiée comme unique, comme pouvant apporter un « plus » à la création, « en quoi est-elle capable de produire du différent, du nouveau, et pas seulement des cercles? ». Une autre série de questionnements se posent alors: comment utiliser, valoriser sa fonction première pour faire sens? En effet un ventilateur permet, si je fixe un crayon sur une de ses pales, de produire un cercle, comme beaucoup d’autres objets. Mais un ventilateur produit du vent, autant exploiter cette piste plus singulière, comme la balance indique le poids, le métronome le tempo etc.
  • Le métalangage. Nous voyons dans la vidéo ci-dessous que certaines recherches nous mènent à réfléchir sur la représentation graphique elle-même. Et cela grâce au hasard ou à l’accident, récupérés tous deux comme facteurs de création. Lorsque Maxime entoure sa projection de couleur, il n’a d’autre intention que de protéger l’espace de l’atelier. Et pourtant il nous montre à voir que ce qui protégeait ses éclaboussure devient au même moment une autre réprésentation graphique du geste qu’il posait. On peut comparer ce résultat à une coupe géologique mise en parallèle à une vue aérienne ou à un plan de bâtiment au côtés de sa vue en coupe. Ce que propose Diego en voulant imprimer sa trace plusieurs fois nous emmène vers une réflexion sur les limites de l’impression manuelle. Un dessin algorithmique généré par ordinateur pourra être imprimé une infinité de fois avec la même exactitude, nous aurons à chaque fois un original, l’impression manuelle nous propose l’inverse: une dégénérescence due aux limites de l’impression.

Ces axes de réflexion doivent permettre aux étudiants de définir leur algorithme en précisant des règles, en déterminant des limites afin de produire une série qui ait du sens. Il s’agit de faire  une proposition graphique « à propos du graphisme génératif », de son processus de création et/ou de la production finale.

Les questions posées clairement pour un moment d’écriture sont à ce moment-ci:

  • Quelles sont les règles qui vont fixer mon algorithme?
  • Que dire de mon intervention vs l’autonomie de la machine?
  • Ai-je envisagé, fixé des limites de temps? Pourquoi?
  • Ai-je envisagé, fixé des limites d’espace? Pourquoi?
  • Ai-je envisagé différents possibles?

Et un peu plus tard dans le processus:

  • Décrivez maintenant votre algorithme:
    • espace, temps, couleurs etc.
    • codes, signes et traces:exploitation des possibles.
  • Sur quel(s) axe(s) porte ma réflexion (le signe, le rapport moi-outil, le sens de l’outil, le métalangage)?
  • Comment je vois la suite: intentions, série…

 

EXPÉRIMENTATIONS GÉNÉRATIVE / UNE MACHINE Á DESSINER – 2

Présentation ici des données de l’activité pour des étudiants de bac2, option graphisme.

Première séance : 

On observe les objets (video 1), on les apprivoise, on teste (video 2).

On dompte le hasard, en amont et en aval en fixant petit à petit des règles, les algorithmes se composent. On exploite l’accident renforçant ou effaçant ce qu’il provoque. Des limites spatiales ou temporelles commencent à se mettre en questions. La voiturette va-t-elle tourner la durée de la pile (une vingtaine d’heures)? Les pastels gras seraient-ils des informations codables permettant de générer des identités visuelles? La poudre projetée par le baffle peut-elle traduire des chansons? La machine à écrire peut-elle réinventer l’écriture?…

Un moment d’écriture

Après trois heures d’expérimentations, un moment de recul par l’écrit pour structurer et garder des traces autour de quatre questions:

  1. Que me dit ici et maintenant mon intelligence (sur ce que je fais, vois, comprend / sur la machine, son action, la mienne / les questions que je me pose etc.). Il s’agit de raisonner, de parler hypothèses, d’analyser…
  2. Que me disent maintenant mes émotions, mes sensations (en termes de plaisir vs ennui, de découvertes de surprises, de frustrations. Á propos d’attitudes ou d’esthétique, d’art ou de technique, de confort ou de risques…
  3. Comment je vois la suite? Des hypothèses? Des pistes?
  4. De quoi ai-je besoin pour continuer? Très concrètement en termes de matériel, de temps, d’espaces, d’attitudes, de références…

EXPÉRIMENTATION GÉNÉRATIVE / UNE MACHINE Á DESSINER -1

Mettre de côté la pré-conception selon laquelle « il faut avoir une idée avant de chercher » et accepter donc que l’idée puisse apparaître de la forme. Prendre conscience que le hasard se prépare et se maîtrise et que l’accident lui, est exploitable. Aller de références en expérimentations à la rencontre de l’art et du graphisme génératif. 

Présentation ici des données de l’activité pour des étudiants de bac2, option graphisme.

 

L’angoisse de la pomme rouge

L’angoisse de la feuille blanche… c’est faire quelque chose à partir de rien! L’angoisse de la pomme rouge, c’est à partir d’une pomme, répondre à une consigne « Seul ou en groupe, vous avez trois heures pour proposer une représentation de New-York! « . Je ne répondrai à aucune question. Et pourtant… « m’sieur, on peut…? »

ATELIER NEW YORK-1640 Lire la suite

Expériences graphiques

Il y a quelques années, dans le cadre des rencontres pédagogiques d’été, j’ai eu l’occasion de proposer et d’animer avec Marina Puissant des ateliers (expériences graphiques) liant arts-plastiques, écriture et pédagogie institutionnelle.

Ces six journées sont présentées dans cette rubrique.

Ci-dessous le texte d’introduction à cette semaine d’ateliers:

Expériences graphiques.

C’est l’intitulé de l’Atelier, c’est donc essentiellement à cela que nous allons être occupés. Nous allons faire des expériences graphiques. Bien que ces expériences devraient nous amener à construire du savoir ou tout au moins du questionnement, ce n’est pas à proprement parler à l’expérience scientifique que nous faisons référence, mais plutôt à ce mélange d’intuition, de réflexion, d’essais, d’erreurs, de tâtonnements qui mène à l’exercice de la création. Nous aurions pu dire « expérimentations » ou « explorations » de techniques, d’abstraction, de signification, de lisibilité, de communication. La suite ici: Expériences graphiques.