Archives pour la catégorie Anciens textes publiés dans « TRACES »

Ces textes ont été publiés dans « échec à l’échec » ou dans « traces » les revues de CGé- mouvement socio-pédagogique. http://www.changement-egalite.be

Les carrés / pratique pour théoriser la créativité

Prenons un exercice. Un classique en créativité. Si vous ne le connaissez pas, lisez la consigne et allez-y avant de lire la suite.

Consigne: « partagez un carré en quatre parties égales en forme et en surface« .

C’est fait? Bien. « partagez un autre carré en quatre parties égales en forme et en surface, mais d’une manière différente de la première. » « Et maintenant d’une troisième…d’une quatrième, d’une cinquième, etc. Trouvez un maximum de solutions. » La suite de l’article >>

SOCIALISER PAR LES ARTS PLASTIQUES

APPROCHE DES POSSIBLES

Du maternel au supérieur, toute situation d’enseignement-apprentissage induit un processus de socialisation. Et ce, quelle que soit la conception que l’on a de ces notions.

Les trois modèles développés ici peuvent se retrouver dans l’enseignement de la plupart des disciplines, cependant cette approche mériterait de s’ancrer dans l’enseignement des arts plastiques, terrain vague ou sables mouvants de la pédagogie, et pourtant sol si fertile et terrain privilégié pour certains apprentissages… Pour autant qu’on veuille bien s’en (pré)occuper. La suite de l’article>

Structures en perspectives

article publié dans TRACES de changements, 171, mai 2005

Comme nous en avons pris la bonne habitude, chaque année, juste avant les bourgeons, nous partons nous ancrer dans un autre terroir, espérant ainsi enraciner de nouvelles essences, débarrassés de nos humus.

Comme à l’habitude aussi nous partons pour écrire à propos de nos pratiques. Le thème de cette cuvée : « structuration, pédagogies actives… ».
Le trio de préparation, dont je fais partie (nous faisons ça à tour de rôle) décide de lancer les écritures sur base d’activités d’apprentissage vécues. Benoît est prof de math, et moi d’arts plastiques. Il nous vient assez rapidement l’idée de mettre en place deux activités à propos d’une notion commune : « la perspective ». Je sais que l’activité de math sera structurée et minutée. Je proposerai donc une activité moins construite.
Chance ou pas avec le temps [1], nous sortirons. Chacun disposera d’une planchette rigide avec pince, de quelques feuilles de papier blanc, d’un crayon et d’une chaise. Je ferai deux sous-groupes et les disposerai à des endroits différents devant (ou derrière) ce bâtiment que je ne connais pas. La consigne sera : dessinez le bâtiment.
Le reste suivra. La démarche sera inductive. Je ne connais pas le niveau des participants. Ils auront à se corriger mutuellement, on essaiera d’émettre des hypothèses que l’on vérifiera en dessinant d’autres objets à partir de nouveaux points de vue. Les notions à construire seront celles de « ligne d’horizon » et de « point de fuite ».
L’activité en elle-même ne peut être décrite qu’après avoir été vécue. C’est ce que disent les textes ci-autour :
Analyser, déconstruire, reconstruire
Une expérience déstabilisante
Dessine-moi un cube
À hauteur d’yeux
Celui qui ne voit pas

 

La classe de créativité

article publié dans TRACES de changements, 167, octobre 2004

L’idée de départ n’était pas tant de faire un lien direct entre aménagement d’un local et conceptions pédagogiques, mais on y arriva vite.

Le contexte. J’avais conçu cette activité à tâche dans le cadre de la formation pédagogique de diplômés de l’enseignement supérieur artistique. Le groupe était composé de 20 personnes de formations sensiblement différentes (architecte, graphistes, artistes peintres, designers, photographe, illustratrice…) ayant un but commun : obtenir le CAP (Certificat d’aptitude pédagogique).

Lire la suite

Concours de droite à gauche

article publié dans TRACES de changements, 162, octobre 2003

Petit briefing :

  1. vous avez sous les yeux la commande d’un client ; votre projet individuel doit répondre le mieux possible à cette commande ;
  2. cette affiche devra être tirée au format 60X80, imprimante couleur laser, papier photo et encollé sur support rigide ;
  3. le client choisira le meilleur projet, et l’étudiant lauréat recevra la somme de 500 euros ;
  4. je vous remettrai les points de ce travail la semaine qui suit la remise du travail.

Soupir !

J’ai décidément le désir et le souci de faire virer tout ça à gauche. Lire la suite

Mises en forme

article publié dans TRACES de changements, 171, juin 2005

Ils sont quatre ou six en début de cours, c’est rarement plus variable que ça les jours où il y a un projet à remettre. Ce jour-là, c’était des mises en pages.

Désolation

On affiche au mur les projets des quelques présents : c’est pauvre. Malgré leur manque flagrant de structure, elles se ressemblent toutes. Sans âme, sans originalité, et en plus de ça : ringardes. Je suis désespéré. Et je le montre, je cache rarement mes états d’humeur ; à croire que chaque année j’oublie que c’était pareil l’année d’avant. Un nouvel étudiant entre, puis un autre… ils arrivent au compte-goutte et me donnent systématiquement des nouvelles des autres qui sont chez Mamadou, à attendre leur tour pour imprimer leur projet. Lorsque les trente-deux étudiants sont enfin là, au bout des quatre heures il est temps d’aller diner. Et moi je suis énervé.

Lire la suite

Des lettres insolites

article publié dans TRACES de changements, 179, février 2007

Références

Kjell B. Sandved est photographe. Un jour il constata qu’on pouvait parfaitement identifierla lettre f sur l’aile orange brillante d’un papillon. Pendant vingt-cinq ans, il chercha et photographia des papillons magnifiquement colorés dans plus de trente pays à travers le monde pour compléter son alphabet étonnant et unique : les vingt-six lettres et tous les chiffres.

Voyage, temps, patience

Clotilde Olyff est une graphiste bruxelloise qui, toute son enfance, s’est battue avec les lettres pour surmonter sa dyslexie. Depuis, à force de s’être frottée à elles, elle les a étudiées, analysées, décortiquées, contournées, apprivoisées.
« Plusieurs fois par an, nous allons dans les Landes nous promener sur les plages. Il y a quelques années, j’avais repéré un galet qui ressemblait étrangement à une lettre. Je me suis mise à regarder plus attentivement et à fouiller les bancs de galets. J’y ai trouvé depuis des alphabets entiers et même d’étranges petits personnages. Le plus bizarre, c’est que je fais mes découvertes sur trois plages bien précises. Ailleurs, mes recherches sont restées vaines ou peu fructueuses. »

Combat, persévérance, lieu secret

Ces deux expériences autour de la lettre dans la nature, m’ont inspiré « l’atelier des lettres insolites » : chercher, observer, sortir du lieu sécurisant (pour les uns) ou angoissant (pour d’autres) de la classe, aborder autrement la lettre que par le texte ou les règles de typographie. Lire la suite